From Twitzers to Job Hopping

Have you truly question the root cause?

Warning : This is a Franglish Article and Gender Free Style! Ready ? Read, Share and Let’s have an open conversation.

The Hype of the moment in some circle of « Perm » recrutement is on  »Jog Hopping » Really ? The older generation called us, the Gen X the « Twitzers » back in 2006, a decade a go. It’s nothing really new. It’s just on steroid Now with the oldest Millenials being called « Hoppers » aparently performing  »Job Hopping ». Really ? Hum…

I wrote on my blog in French back in 2007, celebrating my then 6 years as a Freelancer: Je suis un «twizter» bien malgré moi et j’en connais d’autres dans la trentaine et le début quarantaine qui le sont. Nous ne sommes pas pour autant irresponsables, en tout cas pas plus que les actionnaires décidant des acquisitions, des fusions et des délocalisations d’entreprises nous faisant vivre de l’insécurité et nous éloignant de notre quête du bonheur et de la liberté.

Nous devenons donc cette étiquette et sautons d’un emploi à l’autre avant qu’il ne saute sous nos pieds. Nous avons besoin de «zapper» parce que la société nous y oblige parfois, parce que la société de consommation et le capitaliste ont atteint leur paroxysme de «j’ai plein de choix, pourquoi m’en priver».

Mais c’est en fait un leurre : car ssouvent ce n’est pas par choix, mais par peur ou absence de peur (insécurité, incertitude, sentiment d’appartenance ou rejet, perte du sens de l’engagement à l’autre, à soi, quête d’émotion non identifiable – ENI ) que nous changeons d’emploi rapidement tout comme nous flirtons rapidement d’unE compagnonNE à l’autre.

Sommes nous irresponsables ou trop évolués ? Le cynisme ambiant de ma génération vient peut-être du fait que nous sommes trop réalistes, trop pragmatiques? On veut du concret et on plonge souvent dans le virtuel. C’est peut-être Niezstche qui avait raison : le dernier homme naîtra en clignant des yeux et en se disant : après tout, on s’en fou, on va tous vers la mort, à quoi bon vivre ? Alors vaut mieux vivre dans le bonheur le plus total… Un jour comme un lion que 100 ans comme un mouton.

En tant que young GenX, je comprends très bien les old Millenials dans ce «désengagement», dans ce remue ménage des manière de voir et surtout d’être. Je coach régulièrement de très jeunes consultants, tout frais du BAC début, mi vingtaine: ils/elles commencent souvent leur carrières en TI comme Freelancers. Ils ne croient plus à «l’emploi» et elles veulent être indépendantes et avoir le choix et aussi un engagement envers leur talent et les offrir à bon prix dans des temps donnés.

 


So be used to it. What started with my generation that has to apologize, will now take a huge leap onward with no apologizing. Read this complementary article from Kaytie Zimmerman to continue the conversation.

And remember, all I am offering here is a point of view base on fact. Nothing more, but I do question more.

Cheers!

Share:

Recent Posts

Send us your comment

Ask Us for a Custom Workshop

Subscribe our Value List